Être une femme

Artemisia Gentileschi, Judith décapitant Holopherne, 1511-1512. Huile sur toile, 158.8 × 125.5 cm. Naples, Musée Capodimonte

Ce tableau, quelle violence ! Le sang gicle, les poings sont serrés, les yeux de la victime révulsés, les muscles saillants. A l’époque, difficile de croire que cette œuvre si crue a été peinte par une femme !

Et jeune, de surcroît. Artemisia Gentileschi n’a que 19 ans lorsqu’elle peint ce tableau si brutal. Elle traverse alors un véritable cauchemar : violée par son professeur de dessin, un ami de son père, elle est en plein milieu d’un procès sordide où elle tente de prouver son innocence.

Loin de se poser en victime, elle se révolte et accouche d’un chef-d’œuvre : une Judith inébranlable tuant froidement le cruel Holopherne, un épisode issu de la Bible.

 

« Je vous montrerai ce qu’une femme peut faire. » Artemisia Gentileschi

 

Artemisia Gentileschi, Autoportrait en allégorie de la peinture, 1638-1639. Huile sur toile, 98.6 × 75.2 cm. Windsor, Collection royale du château de Windsor

Artemisia Gentileschi, Autoportrait en allégorie de la peinture, 1638-1639. Huile sur toile, 98.6 × 75.2 cm. Windsor, Collection royale du château de Windsor

 

L’histoire tragique et le talent immense d’Artemisia Gentileschi ont fait d’elle une véritable icône. Elle a inspiré de nombreuses féministes américaines au XXe siècle, mais également le dramaturge anglais Howard Baker.

Dans sa pièce de théâtre « Tableau d’une exécution », le personnage principal est Galactia, l’alter ego d’Artemisia. Comme Artemisia, Galactia est une femme peintre de la Renaissance italienne. Comme Artemisia, elle refuse de se soumettre au rôle de femme soumise qu’on veut lui imposer. Et surtout, comme Artemisia, elle revendique sa liberté d’artiste !

Un exemple ? Alors qu’on lui commande un tableau glorifiant la guerre que Venise vient de gagner contre les Ottomans, Galactia répond avec une représentation crue et sans concession de la violence des combats… Pas vraiment le tableau attendu !

 

« Tableau d'une exécution » de Howard Barker au Théâtre des Célestins, mise en scène de Claudia Stavisky

« Tableau d’une exécution » de Howard Barker au Théâtre des Célestins, mise en scène de Claudia Stavisky (c) Simon Gosselin

 

Malgré la fureur du commanditaire de l’œuvre, Galactia assume. À l’image d’Artemisia Gentileschi, le personnage de Galactia ne laisse personne lui dicter ses choix, artistiques comme personnels. Hors de question de se laisser museler dans ce monde d’hommes !

 

« Tableau d'une exécution » de Howard Barker au Théâtre des Célestins, mise en scène de Claudia Stavisky

« Tableau d’une exécution » de Howard Barker au Théâtre des Célestins, mise en scène de Claudia Stavisky (c)  Simon Gosselin

 

Les inconditionnels d’Artemisia, les amoureux de l’art et les amateurs d’histoires fortes peuvent retrouver l’héroïque Galactia sur les planches du Théâtre des Célestins à Lyon.

« Tableau d’une exécution » de Howard Barker, mis en scène par Claudia Stavisky, est à l’affiche jusqu’au 7 décembre.

 

"Tableau d'une exécution" de Howard Barker au Théâtre des Célestins

 

Categories: Peinture

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>